Déclaration en matière de stratégie Erasmus (2014 – 2020)

La stratégie de notre institution consiste en un positionnement clair en faveur d’une « internationalisation » de nos activités pédagogiques via non seulement le développement des mobilités étudiantes et enseignantes, « entrantes » comme « sortantes », en Europe et hors Europe, et ce pour l’ensemble de nos formations. Le pas supplémentaire réside dans la constitution de « modules internationaux », qui stimuleraient l’usage de l’anglais dans les « cours locaux », contribuant à la fois aux étudiants de l’étranger ainsi que comme expérience préalable aux « étudiants locaux » à une mobilité internationale.

La sélection des « partenaires » est essentiellement orientée vers des offres de cours ou stage(s) en anglais, surtout dans la partie nord de l’Europe (pays nordiques, Royaume-Uni et pays baltes), mais également en Europe de l’Est et en Espagne, en particulier. Une des tentatives majeures consiste, pour notre institution, à tendre vers l’objectif ambitieux de la proportion de 20% de mobilité étudiante, tout en maintenant un suivi de qualité auprès de nos « bénéficiaires ». Néanmoins, au-delà du défi d’ouvrir l’opportunité de mobilité internationale à toutes nos formations de « bachelier professionnalisant », nous souhaitons particulièrement permettre aux étudiant(e)s « économiquement précaires » de réaliser un séjour en international.

Les étudiant(e)s de nos sections en ‘Relations publiques » (présence significative des langues dans le cursus), « Kinésithérapie » (afin de se distinguer de notre futur partenaire universitaire) et « Soins infirmiers » (école historiquement liée à « Université Libre de Bruxelles) représentent potentiellement les « groupes – cibles » principaux en ce qui concerne notre « stratégie de croissance ». Le développement radical des « mobilités enseignantes » doit également devenir une dimension intégrante des missions de l’enseignant en privilégiant, en raison de la position marginale de la « recherche » dans notre institution, l’échange de « bonnes pratiques » et de « jumelage pédagogique » entre enseignants via l’incitation à collaborer à des cours similaires.

Notre formation de « Master » (1 année de second cycle) en « Kinésithérapie » donne l’opportunité de réaliser un séjour de stage de 3 mois à l’étranger en début de période, mais pourrait comprendre l’opportunité d’envoyer et recevoir des étudiant(e)s dans le cadre d’un « travail de fin d’études » également. Nous ouvrons un Master en Gestion Globale du Numérique (2 ans) qui devrait nous permettre d’étendre nos activités internationales rapidement.

Mise en oeuvre

La HELB-I. Prigogine privilégie actuellement les programmes Erasmus. La mobilité étudiante est à la base de nos accords. Pour l’optimaliser, nous procédons souvent d’abord à des échanges préliminaires et/ou visites préparatoires entre cellules administratives des deux partenaires. Les mobilités enseignantes (IN et/ou OUT) sont ensuite organisées de manière à s’assurer de la pertinence pédagogique et de la bonne conduite des mobilités étudiantes qui s’en suivent.

Impact escompté sur la modernisation de la Hautre École

  • Augmentation des niveaux de réalisation pour apporter à l’Europe les diplômés et chercheurs dont elle a besoin. Réaliser un séjour en international pendant ses études supérieures joue un rôle de motivation et d’investissement crucial pour les étudiant(e)s et contribue partiellement à les rendre plus autonomes. Notre institution doit travailler en synergie avec tes Universités afin de permettre à nos étudiants, d’origines sociales variées, de poursuivre leur formation professionnalisante vers la recherche fondamentale.
  • Améliorer la qualité et la pertinence de l’éducation en enseignement supérieur. Nous devons également développer les mobilités enseignantes et administratives « entrantes » issues des entreprises ou du milieu professionnel considéré et éventuellement inviter certains de ses acteurs pour repenser la structure de nos enseignements sous forme modulaire afin d’assurer une cohérence plus significative entre les études et les attendus professionnels. L’exploitation des statistiques concernant « l’employabilité » de nos diplômés en serait un atout majeur. Enfin, la mise en place de modes d’enseignement plus variés (à distance ou partiellement autonome) ainsi que l’approfondissement de notre offre de cours en « horaire décalé » (3 formations) ne pourront qu’y contribuer.
  • Renforcer la qualité à travers la mobilité et la coopération transfrontalière. Afin d’atteindre les objectifs européens de 20% de mobilité pendant la période d’éligibilité (2014 – 2020), nous allons continuer à assurer ta reconnaissance intégrale des ECTS de nos étudiant(e)s OUT et IN, mais également leur délivrer un « supplément au diplôme » spécifique qui leur permettra de se distinguer sur le marché de travail en termes de compétences interculturelles et d’apprentissage dans un nouvel environnement.
  • Faire fonctionner le « triangle de la connaissance » Dans certains domaines d’étude (Techniques de l’image, Relations publiques), des « experts » désignés au sein de notre institution pourraient jouer ce rôle de recherche d’une meilleure adéquation entre les travaux pratiques demandés aux étudiant(e)s et les compétences à mettre en oeuvre au niveau professionnel. Le processus est déjà en cours via la réalisation de « référentiels de compétence » ou métiers » (kinésithérapie, soins infirmiers…), mais nécessite d’aller plus loin.
  • Amélioration de la gouvernance et du financement

L’horizon de l’enseignement supérieur s’ouvre à l’apparition progressive de « pôles d’excellence », nécessitant un regroupement des ressources économiques entre différentes institutions, eux-mêmes sous-tendus par des enjeux politiques non négligeables. Cette évolution doit permettre à nos enseignants d’être mieux formés en termes d’usage des NTIC et encouragés à pratiquer la recherche appliquée et fondamentale (éventuellement soutenue par le privé) afin de travailler à des outils de formation lus adaptés aux réalités professionnelles plutôt qu’à des contenus de cours étriqués.